Image-Description
Sessions
The case of Johanna Langefeld

Przypadek Johanny Langefeld explore le seul cas connu d'un garde SS de haut rang soutenu par ses propres victimes.

Johanna Langefeld, garde en chef des camps de concentration pour femmes d'Auschwitz et de Ravensbrück, attendait son procès pour crimes de guerre nazis et s'est évadée d'une prison de Cracovie, le 23 décembre 1946 avec l'aide de survivants polonais du camp de concentration de

Ravensbrück. L'histoire a été gardée secrète parce que sa divulgation aurait entraîné des représailles pour l’ancien garde SS allemand ainsi que pour les partisans polonais ayant participé à son évasion. Ses anciens prisonniers l’ont non seulement aidée à s’échapper, mais l’ont également cachée aux autorités polonaises pendant dix ans. Quelles étaient leurs motivations ?

Les auteurs du film se sont entretenus avec des survivants polonais qui ont tous une opinion très positive de Johanna Langefeld. D’anciennes déclarations faites lors de procès confirment qu’elle n’était pas sadique, mais était néanmoins une nazie et une antisémite convaincue. Elle a ordonné des punitions sévères et participé à l’exécution des Marches de la mort de Ravensbrück vers les chambres à gaz de Bernburg et Auschwitz.

Sur la base d'archives et de témoins, le film tente une approche d'une nazie de haut rang à la fois coupable et sauveuse. L'auteur polonais-allemand enrichit la vision de l'histoire germano-polonaise des deux points de vue en cherchant à clarifier cet épisode mystérieux du début de l'après-guerre.

Director
Wladek Jurkow & Gerburg Rohde-Dahl